févr. 28, 2015

une création pour une citation : le talent de Jane-Sylvie

 « Revisiter notre réalité, c'est l'observer d'une autre manière,

l'appréhender par un autre regard

pour en retirer toute l'information logique et rationnelle

qu'elle contient, enrichir notre présent

et surtout construire notre futur. »

 

Rachel Colas

 

 

En avant toute pour découvrir les créations de Jane-Sylvie, personnellement, j'adore ! Rencontre d'une grande artiste :

 

"Je revisite le concept de structure/forme/squelette.
Chez l'homme, la forme éclipse le fond, alors que pour des organismes "simples", l'un et l'autre ne font qu'un.

Le concept "observer d'une autre manière, l'appréhender par un autre regard et surtout en retirer toute l'information logique et rationnelle" a enchaîné ce qui était en "process" dans mon esprit, à savoir la vie et ses formes... d'abord végétales, puis de plus en plus sous la forme animal ou organique :

 

Après les Graines de verre, (Glass Seed) :

jane-sylvie, revealiste, artiste

Human seed
Verre soufflé craquelé - Gravé - sablé
Blowed cracked glass - engraver -sanded
30x 35 cm -2008

 

jane-sylvie, revealiste, creation

TRANSFORMANCE : From Glass to Seed to Live

les graines vivantes (Alive Seed) :

 

jane, talent, artiste

jane, artiste,

jane, artiste, beauté, féminin

Alive seed
Mix media - Verre soufflé craquelé - Gravé - sablé et laiton
Mixed Media - Blowed cracked glass - engraver -sanded and laiton
70x15 cm  - 100x15 cm

 

Pour découvrir le talent de Jane-Sylvie :  http://www.jane-sylvie.be

 

 

 

 

18:00 Écrit par Rachel Colas dans Jane-Sylvie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | | | Pin it! | |

févr. 25, 2015

Un monde de bisounours : et puis quoi encore ?

eden, pensées, positives, wall disney

By Christian Schloe

 

Certains de ceux qui pensent me « connaître » au bout de quelques réunions me disent, face à mon optimisme - qui parfois je l’avoue peut être expansif - que je vis au pays des bisounours. S’ils sont parmi nous, j’aimerais les rencontrer (les bisounours, entendons-nous bien !). Je reste pourtant sceptique : existent-ils vraiment ? À la rigueur, fées, anges et compagnie peuvent me côtoyer allègrement dans mon imagination ! « Dans mon imagination »… Serais-je en train de risquer la vie d’une pauvre fée ? Peter Pan lui-même n’y croyait plus à un certain moment…

 

Le fait de m’impliquer dans l’univers bienheureux desdits bisounours en confère-t-il une réalité ? Mon optimisme arriverait-il à me transporter dans un monde meilleur et à en occulter le côté obscur de notre société ? C’est me concéder beaucoup de pouvoir. Hélas, point de bisounours à l’horizon ! J’ai, par contre, la chance de rencontrer au fil des ans, des personnes bienveillantes : elles me sont aussi précieuses que des perles rares : elles sont à cultiver, à entretenir amoureusement tel un bijou inestimable ! Le prix, ma foi, que le cœur y accorde et non une quelconque valeur marchande…

 

Cette semaine, certains concours de circonstances dans ma vie professionnelle m’ont donné matière à réflexion. C’est bon signe ! Rien de pire que la routine ou la lassitude. Je me suis interrogée : « Peut-on faire du bon travail sans être positif ? » Ou plus exactement sans « adhérer » à certaines notions élémentaires comme le bon vieil adage « être positif » ? Les chiffres ne le contesteraient pas. J’ajoute simplement la mention « peut mieux faire ». Dans le qualitatif, mais aussi dans le quantitatif. Qu’à cela ne tienne : les sites en développement personnel et ceux orientés côté santé le confirment : être dans un état d’esprit positif permet de se sentir mieux dans sa peau, d’être plus à l’écoute, et même d’éviter la gangrène du stress. Le mauvais stress, n’est-ce pas, parce qu’une petite dose de stress positif, ça « rebooste » ! J’ai aussi envie de dire « penser bien, vivre bien. Penser mieux, vivre mieux ». Logique. Personne n’apprend rien. Et pourtant : tout le monde le sait. Tout le monde en a entendu parler. Que ce soit dans sa vie personnelle ou au travail, ce n’est guère un secret : être positif est important. C’est presque une recette magique ou une bouée de sauvetage, selon. Ça marche.

Encore faut-il l’utiliser. Et là, cela devient plus difficile…

 

Parce qu’on oublie, parce que « chassez le naturel et il revient au galop », parce qu’on prétexte des coups durs, des déceptions, on prend même parfois plaisir à entretenir le négatif pour montrer que l’on est fâché. De quoi ? D’une injustice, d’un poste que l’on n’a pas eu, qui nous a été retiré, réformé (et Dieu sait que l’on entend à l’envi : « c’était mieux avant ». Avant quoi ? Avant que l’on ne change ? Pourquoi changer si tout va bien ? Ben oui. Pourquoi ? Parce que le monde bouge et qu’il faut bien suivre le mouvement, et que si l’on désire prendre le train en marche autant le faire en connaissance de cause. Souvent, on a peur, car l’on ne connaît pas la finalité. Ni comment y arriver. Et pour quelle raison. Il ne s’agit pas de croire en des promesses et d’avancer à l’aveugle. Il s’agit de faire les choses nécessaires, utiles, avec un esprit ouvert. Critique. Critique constructive naturellement !

 

Et puis, il y a, en fin de compte, le plus important : le choix. Parce qu’on a toujours le choix. D’accepter ou non. Puis en accueillir les conséquences. Évidemment, on peut imaginer de ne rien trancher du tout, malgré tout cela reste une décision. Au risque de nous ballotter selon le courant qui nous porte et de recevoir des coups inutiles en chemin…

 

En ce qui me concerne, j’ai plus facile d’avancer, de vivre mes projets avec une attitude ouverte, avec même la croyance, que cela ne peut qu’apporter le meilleur… C’est indéniablement nécessaire pour la santé et cela ne coûte rien ! En tout cas, bien moins d’énergie que d’être de mauvaise humeur ou de s’obstiner à montrer du doigt ce qui ne va pas ! Et puis, la « positive attitude » comme certains l’appellent, c’est contagieux ! Attention, les effluves négatifs le sont aussi : à éviter comme de la peste !

 

Être positif, n’empêche pas d’être réaliste ni critique. À cela, je rejoins notre cher Walt Disney [voir Livre « L’Art de réaliser ses rêves Chap 9] : sa stratégie est tellement évidente ! Et l’on peut affirmer qu’elle lui a réussi !

 

Vous voyez : point de bisounours, seulement un monde où chacun d’entre nous peut y ajouter un peu de magie… Et c’est cela qui donne toute la différence…

Je vous souhaite beaucoup d’ondes positives : nous en avons tous besoin. Et plus nous en émettons, plus elles nous reviennent !  

 

 

bisounours

 

 

 

20:34 Écrit par Rachel Colas dans Articles, Rêvéaliste ? | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | | | | | Pin it! | |

févr. 21, 2015

Une création pour une citation : le retour de Julie Grugeaux !

 

Prendre conscience de ses actes : lorsqu'un domino tombe,

ce sont tous les autres qui risquent de s'effondrer !

 

Rachel Colas

 

 

 

Rachel Colas, Julie Grugeaux, Citations, Proverbe

 

Pour notre bonheur, nous retrouvons Julie Grugeaux, artiste peintre. Elle nous a séduits avec la citation « Le temps est élastique ».

 

Aujourd’hui, elle nous présente sa nouvelle création au nom évocateur : « En un battement d’Ailes » qui fera partie de sa série "Un oeil dans le Rétro".

 

Elle a aussi la gentillesse de nous faire part de ses idées : « J'ai souhaité évoquer dans cette illustration l'idée de "l'effet papillon" : chacun de nos actes, chacune de nos paroles a ses conséquences, bonnes ou mauvaises, sur le monde qui nous entoure. Il est important de prendre conscience de ceci, non pas pour se brider et rester passif et silencieux, mais pour assumer les conséquences de nos actes. Le papillon posé sur le premier domino en premier plan peut, à tout instant par un battement d'ailes, renverser ce domino, au risque, peut-être de renverser les suivants... »

 

 

Quant à moi, je vous invite aussi à (re) découvrir son univers : ICI. Belle découverte !

 

 

18:00 Écrit par Rachel Colas dans Citations créatives, Julie Grugeaux | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | | | Pin it! | |

févr. 14, 2015

Une création pour une citation : Jessica A. Wayar

 

"Ce que j'aime dans l'impossible, c'est le rendre possible…

Et puis on passe à autre chose…"

 

Rachel Colas

 

Aimagination, danse, jessica A. wayar, rêvéaliste, rêve impossible

 

Voici l’œuvre inédite de Jessica A. Wayar, un monde tout en couleur qui ne demande qu’à être découvert et apprécié !

 

Quelques mots de l’artiste sur son œuvre au travers de la citation :

 

"Mon œuvre est l’expression la plus profonde de mon être. Elle vient subitement comme un souffle que l’on ne peut pas arrêter. L’idée était d’exprimer mes envies de danser par de petits pas esquissés au gré de mes envies… et puis, le temps qui passe…

 

Malheureusement non, je me suis rendu compte que la danse doit se pratiquer souvent ne fusse que pour travailler les muscles des pieds : les pointes de ballerine sont déjà presque un défi en soi…

 

Les crayons Corel et la tablette graphique m’ont permis de traduire mes émotions, particulièrement l’envie de danse classique à vivre et à partager également...

 

Curieusement, seuls des tons et des couleurs sont venus à mon esprit pour donner vie à ce désir profond. De cet impossible geste vital est né cette œuvre poétique représentant un surréalisme pas de danse imaginaire devenu réel grâce à mon inspiration… "

 

Pour découvrir le monde de Jessica, c'est par ICI

 

 

 

18:15 Écrit par Rachel Colas dans Citations créatives, Jessica A. Wayar | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | | | Pin it! | |

févr. 03, 2015

Qui cherche, trouve...

rêvéaliste, rêve et réalité

 

Vous avez découvert la citation du livre "L'Art de réaliser ses rêves" choisie par Isabelle Vauché et qui a donné naissance à la fabuleuse création de notre artiste rêvéaliste :

"On ne voit que ce que l'on a envie de voir et c'est bien souvent le reflet de notre âme".

 

 

 

Et vous qu'avez-vous décelé,

dans cette création ?

 

 

 

 

Si vous visitez ce blog pour la première fois, avant d’aller plus loin, regardez et appréciez cette création, vous y découvrirez très certainement différents symboles, beaucoup plus que vous ne pouvez imaginer ! Quant aux fidèles, je suis certaine que vous êtes impatients de contrôler votre liste ! Ainsi donc, le jeu constituait à "voir plus loin que ce que l'on désire voir". Des symboles à découvrir et probablement certains dont l’artiste n’avait pas conscience… À chacun, son ressenti, n’est-ce pas ?

 

Lorsque vous serez prêts, découvrez ci-dessous les différents symboles transmis explicitement par l’artiste ou émergés en cours de création.

 

Découvrez la belle histoire d'Isabelle Vauché : il était une fois...

 

Les 4 éléments :

  • L'eau (bouteille et mer sur le livre) 
  • La terre sous le potiron
  • Le feu est le soleil (tournesol) 
  • l'air est représenté par les petits fils qui volent, accrochés à l'attache. 

 

Les différents règnes

  • le minéral par les pierres 
  • Le végétal, par les plantes
  • L’animal (vous avez vu la souris ?) et même, le papillon
  • l'homme est symbolisé par l'environnement. 

 

Le décor : la boîte, la lampe et les bouteilles pour représenter une vieille pièce abandonnée… qui au fil du temps, se laisse envahir par la nature. Au départ, l’artiste nous confie que la vigne et le potiron étaient de petite taille… en cours de création, ils ont pris de l’importance.

 

La corne d’abondance,

 

La tulipe brisée mais pas fanée…

 

La nature est forte : Isabelle a pensé à la fin du monde : l’homme a disparu cependant la nature est toujours présente. C’est le « jardin nourricier » car la nature nourrira toujours…

Le tournesol est un bébé (expressément petit par rapport au reste).

S’il y a de l’eau dans la bouteille, c’est pour souligner que la présence de l’homme est indispensable. D'ailleurs, le potiron, la vigne et les fraises sont présents en tant que nourriture.

 

Un anneau pour attacher. Les fils coupés symbolisent la Liberté. 

 

Le papillon est éphémère alors que les objets traversent le temps.

 

La boîte fermée attise la curiosité, bien qu’il en sorte la vigne et un potiron. 

 

Un paysage de mer avec le voilier et ses ailes sont un clin d’œil au papillon : "l'un vogue, l'autre vole…"

 

Des plantes de la revue botanique sont nées du livre (dans un des tableaux d'Isabelle, c'est un homme qui en sort, il faut dire qu'elle aime le passage du livre au réel).

 

Nous sommes « à l’intérieur » et le trou de souris donne sur une autre pièce.

 

Quant aux marguerites, elles montent le long de la lampe sans la serrer, elles restent "libres".

 

Alors ? Conquis ?

 

 

18:00 Écrit par Rachel Colas dans Citations créatives, Isabelle Vauche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | | | Pin it! | |

févr. 02, 2015

Une création pour une citation : Isabelle Vauché

"On ne voit que ce que l’on a envie de voir

et c’est bien souvent le reflet de notre âme."

 

Rachel Colas

 

artiste, rêvéaliste, symboles, l'art de réaliser ses rêves, isabelle vauche

 

Isabelle Vauché nous présente sa création réalisée aux pastels secs (40cm X 50cm). Et je vous confie ses mots :

« J'étais partie sur une autre idée, j'avais fait le croquis mais… curieusement, je suis tombée sur des tableaux assez ressemblants, avec un œil… donc, donc j'ai laissé tomber… 

 

Su un forum de peintures, le thème du mois était "papillon"… j'ai donc posé le papillon sur ma toile ensuite la citation s'est invitée dans mon tableau.. et l’a envahie, conquise...

 

Alors, que voyez-vous dans mon tableau ? Observez attentivement.. y verrez vous ce que vous avez envie d'y voir ? Ou votre âme y trouvera-t-elle ce que la mienne y a déposé ? »

 

Voici ce que nous vous proposons Isabelle et moi, un jeu, une initiation, une évasion,  qu’importe le choix des mots, tout au plus, une rencontre…

 

Que trouvez-vous dans cette création ? Quels symboles sont évidents pour vous ? Que ressentez-vous ? À vos crayons et papier, si vous désirez vous amuser !

 

Deux indices de la part de notre artiste : Les quatre éléments, les différents règnes, …

 

Découvertes symboliques de l’artiste rêvéaliste, au prochain post !

 

En attendant, rendez-vous également sur son site : ICI

 

18:00 Écrit par Rachel Colas dans Isabelle Vauche | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | | | Pin it! | |